Comment gagner de l’argent rien qu’en circulant (ou pas) avec sa voiture?

48

Comment gagner de l’argent rien qu’en circulant (ou pas) avec sa voiture?

Des autocollants publicitaires sur les portières pour arrondir les fins de mois des automobilistes. C’est ce que propose la start-up It’smycar qui débarque à Toulouse, après s’être implantée dans la région parisienne en octobre 2015, Lyon et Bordeaux. La société, qui recherchait une cinquantaine de personnes pour une campagne publicitaire, a déjà séduit près de 200 Toulousains.

Les conducteurs rémunérés en argent ou bons d’achat

« Avant de lancer notre concept dans la Ville rose, une communauté d’ambassadeurs, intéressés par notre service, s’était déjà constituée, preuve qu’il y avait une attente dans cette région, souligne Sarah Prévot, la fondatrice de It’smycar, qui a mûri le projet de sa boîte alors qu’elle était encore étudiante en école de commerce à Lyon. En échange des pubs apposées sur leur véhicule, ils reçoivent de l’argent, des bons d’achat ou des produits de la marque ».

https://twitter.com/JeSuisMoiiiiii/status/910538156012965890

Du 6 au 27 novembre, des automobilistes toulousains vont ainsi promouvoir le service de la start-up Zenpark, qui s’occupe de parkings partagés. En échange, ils recevront 30 euros de bons carburant et 20 euros de crédit Zenpark. « Nous espérons maintenant convaincre d’autres entreprises de l’efficacité de notre dispositif grâce aux nombreux ambassadeurs toulousains qui se sont déjà inscrits »

Levée de fonds

Pour mettre du beurre dans les épinards, il suffit aux conducteurs de s’inscrire sur le site et de remplir son profil. Ils reçoivent ensuite directement les stickers publicitaires chez eux et n’ont qu’à les coller eux-mêmes sur les portières avant. « Il n’est pas nécessaire de faire beaucoup de kilomètres, assure Sarah Prévot. Si la voiture est garée dans une rue très passante ou commerçante, elle aura aussi une bonne visibilité ».

D’ici deux ans, It’smycar, qui compte déjà dans ses clients FranprixCasino ou AlloResto, vise les 100.000 utilisateurs et 200 annonceurs. Pour continuer son développement en province, notamment à Lille, Marseille et Strasbourg, la start-up a entrepris une levée de fonds de 600.000 euros.

Source : http://www.20minutes.fr

vous pourriez aussi aimer